• ✿ 10 conseils pratiques pour recadrer un enfant sans s’énerver

    ✿ 10 conseils pratiques à suivre pour recadrer un enfant sans s’énerver

    Avant de commencer, je tiens à rappeler que mes propos sont anecdotiques et que je  ne revendique pas de qualifications officielles autres que l’expérience de vie.

     

    Pour vous situer, en matière d’éducation d’enfants (les miens ont actuellement 8 et 5 ans) je dirais que :

    je suis contre la fessée,
    je privilégie le dialogue (mais j’ai de temps en temps recours aux punitions),
    j’avoue crier parfois (j’essaie de me maîtriser, mais c’est dur !),
    je ne supporte pas les enfants rois.

    Les punitions et les cris ne correspondent pas à la manière dont je souhaite élever mes enfants. Mais c’est la méthode qui m’est venue spontanément (modèle parental oblige). J’aimerais, pour eux et pour notre famille, que ça se fasse plus en douceur. C’est pourquoi je me suis mise en quête de trouver une autre solution.

     

    Au gré de mes recherches, j’ai découvert le concept de parentalité bienveillante (éducation bannissant les agressions verbales, les jugements de valeur, les accusations et autres procédés blessants, considérés comme infructueux). Ce procédé correspond tout à fait à l’idée que j’ai de l’éducation.

     

     Voici mes 10 conseils pour vous aider à appliquer cette méthode :

     

      Pensez à vous.

    La fatigue et le stress engendrent des réactions injustes et disproportionnées envers les enfants.

     

      Soyez conscient des étapes et du processus de développement de votre enfant.

    Adaptez votre éducation en fonction du stade de développement de l’enfant. Certaines phases d’apprentissage peuvent modifier son comportement (agitation, frustration, refus, …) ou sa capacité de compréhension sans que cela ne soit volontaire.

    Par exemple avant 6-7 ans (considéré comme l’« âge de raison ») l’enfant est incapable de raisonnement abstrait, par conséquent il ne sera pas en capacité intellectuelle d’adhérer au concept d’imposition de limites, ni d’intégrer de façon définitive les règles fixées.

    ✿ 10 conseils pratiques à suivre pour recadrer un enfant sans s’énerver

      Fixez les règles à l’avance.

    Informez votre enfant de ce qu’il peut ou ne doit pas faire (en affichant les règles sur un tableau par exemple, pour éviter d’avoir à les répéter).

    Et avant toutes situations particulières (déplacements, courses, …) n'oubliez pas d'exprimer verbalement à l'enfant ce que vous attendez de lui.

     

      Distinguez l’enfant de ses actes.

    Ne pas dire « Tu es nul » mais plutôt « Ce que tu fais est nul ». Vous respectez ainsi la confiance et l’estime de soi de l'enfant. Et surtout ne manquez pas de l'encourager et de le féliciter lorsqu'il fait bien les choses.

     

      Présentez-lui les choses de façon positive.

    Commencez par dire ce que l’enfant a le droit de faire, plutôt que souligner uniquement ce qu’il n’a pas le droit de faire. Les consignes sont ainsi mieux perçues par l’enfant.  

    Et lorsqu'il fait une bêtise préférez la réparation (développement de l'autonomie et du sens des responsabilités de l'enfant) plutôt que la punition. Vous permettez ainsi à l'enfant d'avoir l'opportunité de se faire pardonner et de se réinsérer dans le droit chemin, alors qu'avec la punition l'enfant est humilié et n'a aucune possibilité d'agir pour sa réhabilitation.

     

      Ne minimisez pas le ressenti de votre enfant.

    Ne niez pas son chagrin en disant « c’est rien, ne pleure plus, tu es grand ».

    Verbalisez ce que vous voyez des émotions de l'enfant et rassurez-le en lui disant qu'il est tout à fait normal de manifester ses émotions. Il se sentira compris et moins démuni face à son ressenti. 

    Ainsi vous lui apprendrez qu'il a le droit, comme tout le monde, d'exprimer ses émotions

     

    ✿ 10 conseils pratiques à suivre pour recadrer un enfant sans s’énerver

     

      Aidez-le à gérer ses émotions.

    Un caprice est une émotion intense qu’il n’arrive pas à formuler. Ne l’enfermez pas un peu plus dans son incompréhension en le punissant mais faites-lui ressentir que sa réaction (bien qu'exagérée !) est normale (exemple de gestion de colère au supermarché : "Je le trouve également très beau ce jouet. Je comprends que tu le veuilles. Mais tu sais bien qu'aujourd’hui on a dit qu’on achèterait rien. Tu aimerais en avoir un comme ça pour ton anniversaire ?). 

    Cela le réconfortera en lui prouvant qu’il est écouté, comprissoutenu et respecté.

    Vous pouvez également lui apprendre à reconnaître et à exprimer ses émotions en l’invitant à utiliser un code couleur (rouge pour la mauvaise humeur, orange pour la contrariété, vert lorsque tout va bien, ...). 

     

      Exprimez et contrôlez vos propres émotions / surveillez votre comportement.

    Plutôt que de culpabiliser l’enfant en lui jetant votre propre colère à la figure en hurlant : “Tu es impossible !”, parlez à la première personne en vous contentant de constats et en rappelant les règles : “Je suis énervé(e) de voir que tu continues de jouer au ballon à l'intérieur. Les jeux de ballon se font à l'extérieur.”

    Et surveillez votre propre comportement, rappelez-vous que vous êtes censé(e) donner l’exemple : adressez-vous à l'enfant poliment et calmement (éviter de donner des ordres et de vous exprimer en criant si vous le lui interdisez !).

    ✿ 10 conseils pratiques à suivre pour recadrer un enfant sans s’énerver

     

      Soyez souple tout en maintenant le cadre. 

    Évitez de mettre l’enfant devant le fait accompli sans autre issue possible : “C’est comme ça et pas autrement !”

    Lorsque la situation le permet, essayez plutôt de mettre l’enfant dans une position de « trouver lui-même une solution au problème », en lui proposant une alternative : « Je préviens que tu as 5 min. pour finir ton dessin avant d’aller au bain, le prochain on le fera plus tard. ». Ainsi l’enfant a l’impression d’être maître de ses actes (développement du sens des responsabilités).

     

      Relativisez, prenez conscience des priorités.

    Lorsque votre enfant renverse son verre d’eau, claque une porte, …, imaginez que c’est un adulte, votre réaction s’en trouvera vite atténuée.

    Un autre bon moyen de prendre du recul par rapport à une situation de crise, c'est d'accrocher aux murs de jolis portraits encadrés de vos bambins qui vous rappelleront, dans les moments difficiles, la complicité et le bonheur qui unissent votre famille.

    Cela vaut aussi parfois la peine de se demander pourquoi on impose notre volonté à nos enfants. Pull rouge ou pull orange, quelle importance, finalement ?

    ✿ 10 conseils pratiques à suivre pour recadrer un enfant sans s’énerver

     

     

    Pour conclure cet article, je dirais qu’en tant que parent il convient de garder à l’esprit que toutes les réactions de notre enfant sont liées à un petit cerveau en cours d’évolution. Et que tout au long de son apprentissage, il n’aura qu’un seul et unique but : susciter notre admiration.

     


    Et pour finir sur une note humoristique...

    ✿ 10 conseils pratiques à suivre pour recadrer un enfant sans s’énerver

    PS : pardon belle-maman, vous savez bien que je vous trouve formidable !

     

     

    Bien à vous.

     

     

    ✿ Céline   
       
    Conceptrice du blog {astuces} ORGANISATION maison       

       Blogueuse lifestyle qui partage ses astuces organisationnelles 
       pour simplifier le quotidien afin de bien vivre chez soi 
       et mieux profiter de la vie.

     


    ✿ Inscription Newsletter

          Ce blog vous inspire et vous ne voulez pas en perdre une miette ?
          Abonnez-vous à la newsletter !
          Merci de votre visite et à bientôt !

     


     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Mars 2015 à 21:26

    Bon soir Céline !

    Déjà, je tenais à te dire que ton petit changement du thème me plait beaucoup, d'ailleurs, je trouve que tu as fait beaucoup de progrès depuis ton arrivée sur la plateforme (je trouve ton design mieux que le mien !). Bravo.

    Ensuite, merci pour cet article. Je ne suis pas parent, mais grand frère d'un petit de 5.5 ans, et, il est vrai que je m'énerve assez (très) souvent sur lui... je vais remédier à ma méthode, merci pour ces conseils !

    A bientôt.

    2
    Dimanche 29 Mars 2015 à 21:48

    Salut Sasha,

    Ravie que mes conseils puissent te servir.

    Si j'ai fait des progrés sur Eklablog, c'est une toute autre histoire avec Facebook (j'ai encore besoin de me familiariser avec la messagerie !).

    Bonne soirée.

    3
    Dimanche 29 Mars 2015 à 21:53

    Héhé ^^

    Bonne soirée ! :3

    4
    Mercredi 1er Avril 2015 à 00:54
    Bonjour, ce dernier article est très sympa, à quand le prochain ? Cordialement.
    5
    Mercredi 1er Avril 2015 à 09:21

    @ blog de peau : merci pour le commentaire et bienvenue sur le blog !

    Pour répondre à ta question, j'essaie de publier un article par semaine en fonction de mon inspiration ou de l'actualité du moment. 

    Bonne journée et à bientôt !

    6
    Flo
    Jeudi 2 Avril 2015 à 14:37
    Flo

    Les petits messages encadrés, sont géniaux !


    C'est un article trés bien fait . TRes

    7
    Jeudi 2 Avril 2015 à 21:19

    Coucou Céline, précieux conseils auxquels j'adhère complètement! J'essaye de considérer mes enfants comme des êtres à part entière, avec leurs aptitudes, leur personnalité, leur rythme, leurs préférences ... qui ne sont pas toujours les nôtres en tant que parents (même si on aimerait bien qu'ils soient comme nous!). Et par là même, accepter qu'ils ne nous appartiennent pas ... pas facile d'être parent! ;-)

     

    8
    Jeudi 2 Avril 2015 à 21:54

    @Flo et Asna : contente que mon article vous plaise.

    Moi je me dis qu'il faut en profiter un maximum car même si un enfant accapare tout notre temps, il faut se dire qu'un jour viendra où ado il sera moins enclin à accepter nos câlins. C'est pourquoi je fais le plein en ce moment (ils n'ont que 5 et 8 ans) !

    9
    Mardi 9 Juin 2015 à 01:22

    C’est vrai que le dialogue est un très bon utile à employer, si possible. Ces dix règles sont tellement bonnes pour aider les enfants à grandir et apprendre. J’aime bien le quatrième point. C’est une chose qui peut aider l’enfant à ne pas faire les choses négatives. Merci pour l’article !

    10
    Mercredi 10 Juin 2015 à 21:11

    Salut Serge, ravie que tu aies apprécié cet article !

    Comme toi j'estime important le fait de montrer le côté positif des choses aux enfants. L'optimisme est l'un de mes traits de caractère que je souhaite leur transmettre en priorité.

    Bonne soirée et à bientôt !

    11
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 12:01

    cet article est bien détaillé je pense que je vais l'envoyer a quelqu'un que je connais ça pourrait aider. le père hurle en cas de non obéissance et passe la patate chaude quand il n'y arrive plus la mère par contre est plus calme et plus patiente.

    12
    amancla
    Mercredi 24 Février 2016 à 20:01

    J ai beaucoup aimé votre article, tellement vrai.( à faire partager à un maximum de parents de tout petits à mon sens). Merci pour votre  bon sens, et la fin très savoureuse.

    13
    Vendredi 27 Mai 2016 à 15:32

    Merci pour cet article. On doit  faire attention à ne pas laisser nos mains réagir avant notre cerveau.Je pense n’être pas capable d’adopter un tel comportement pour l’instant, mais j’aimerais tendre vers ça. Merci pour cette explication de mise en situation et bonne continuation.

    14
    Vendredi 5 Août 2016 à 13:01

    J'adore la phrase sur la belle-mère car c'était tout à fait la mienne ( mes 4 enfants sont adultes maintenant) et son fils n'est pas un cadeau (lol) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :